Ne dites pas dernier délai dites Quasimodo

Le feuilleton continue : La Capitainerie s’interroge très sérieusement sur son avenir, à savoir sur son existence même. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne baisse pas les bras et qu’elle actionne tous les leviers en sa possession. Mais certains leviers ne sont pas sous son contrôle et ne dépendent pas d’elle.

Le non gala de soutien a donné de bons résultats, très encourageants : à ce jour environ 2000€ de dons de la part de particuliers et 2500€ déjà versés sous forme de mécénat d’entreprises, sachant que d’autres - privés ou professionnels - doivent suivre.

Un nombre confortable d’artistes sont prêts à jouer en soutien - dans différentes conditions selon les cas - pour que quoiqu’il en soit il y ait bien une saison 2016-2017 - et nous sommes bien en ordre de marche et avec la ferme résolution, on l’a dit, de ne pas lâcher le morceau.

En revanche, on l’a dit aussi, il n’est ni viable à long terme ni envisageable d’un simple point de vue éthique que nous continuions notre action si les collectivités qui représentent le territoire que nous desservons ne font pas le minimum de leur part.

Or pour l’heure le compte n’y est pas, ni dans les faits, ni même dans la prise de conscience et dans la reconnaissance du travail.

Oui, la culture est une chose importante et surtout pas un supplément de programme dont on s’occupe quand les circonstances le permettent. Oui, 90% des territoires du Puy-de-Dôme l’ont mesuré et s’y tiennent, malgré la conjoncture qu’ils subissent eux aussi. Oui, la présence de La Capitainerie est nettement bénéfique à ce territoire à bien plus d’un titre. Et ce qu’elle demande pour poursuivre son action est purement dérisoire* que ce soit en valeur absolue ou au regard de l’action menée - qui, rappelons le, relève de la compétence de son territoire.

Ne pas faire en sorte de conserver La Capitainerie serait, de la part des élus concernés, une bourde en terme d’aménagement du territoire et même en terme de gestion. Vont ils finir par l’entendre avant qu’il ne soit trop tard, c’est à dire extrêmement rapidement maintenant ? Ce levier là n’est pas entre nos mains...

AL

 

*20 centimes par habitant, soit par exemple 200€ pour une commune qui en compte 1000. La part de Joze, sur le sol duquel est La Capitainerie et qui en bénéficie donc plus directement à tous niveaux, est nettement plus importante mais très en deçà du coût habituel.