Apporter sur un territoire une saison culturelle, c’est à dire y proposer régulièrement des spectacles professionnels, relève strictement de la compétence de ce territoire. Il s’agit d’un service public.

De fait, de 80 à 90% du Puy-de-Dôme, et même les zones les plus rurales, sont ainsi desservis par une telle saison, portée et financée soit par une commune, soit par une ou plusieurs communautés de communes.

Selon la densité de la saison, le niveau de reconnaissance des artistes et les ambitions techniques, selon aussi qu’il y a un lieu spécifiquement dédié ou non, le coût pour le territoire varie. En tout état de cause il se chiffre toujours, hors investissements, à plusieurs euros par habitant et par an.

 La Capitainerie propose une des seules saisons du Puy-de-Dôme à ne pas être directement portée par son territoire* ; c’est de très loin la plus ancienne d’entre elles**, elle est même la première salle de spectacle à avoir été créée en milieu rural dans notre département.

Sur son territoire d’implantation (fait d’une une trentaine de communes) elle apporte la seule saison. Et prend donc cette mission en charge en lieu et place des collectivités de ce territoire qui, sans elle, serait une des quelques zones encore oubliées de la culture.

 Depuis 2007, nous nous sommes tournés vers les élus de ce territoire, leur montrant les enjeux et leur expliquant que sans leur soutien La Capitainerie ne pouvait durablement et efficacement jouer son rôle. Nous n’avons épargné ni dossiers, ni rencontres, ni réunions, ni témoignages autorisés.

Malgré des demandes extrêmement modestes (plus de dix fois inférieures, en tout état de cause, au coût de la plus modeste saison !) elle n’est pas parvenue à ce jour à obtenir ces aides de façon stable. Ni même à obtenir le minimum de reconnaissance qu’elle est en droit d’attendre.

 Nous avons largement dépassé le stade où nous ne pouvons plus mener notre action correctement.

Mais aussi, si les collectivités de ce territoire se désintéressent de la culture, elles doivent être en situation de l’assumer, ce qui n’est pas le cas tant que nous faisons le travail à leur place.

 Donc sans une réaction salutaire dans les semaines à venir, nous suspendrons l’accueil de spectacles à La Capitainerie. Il ne s’agit pas de baisser les bras, mais d’exercer notre ultime recours pour alerter les élus de notre territoire dont la plupart, en réalité, ne se sont jamais réellement penchés sur la question. L’information a un mal fou à passer...

 Nous leur adressons cet appel en rendant cette fois-ci notre démarche publique, espérant que ça les incitera à l’entendre, dans l’intérêt de ce territoire. C’est en effet absolument indispensable.

 

* Initiative privée et militante à but clairement non lucratif, elle repose sur beaucoup de bénévolat de la part de professionnels.

** La Capitainerie a 22 ans, les deux autres moins de 5.

 

inscription à la lettre d'info

Le meilleur moyen d'être informé de ce qu'il se passe à La Capitainerie ?

abonnez-vous à La Déferlante.